Lundi 4 mai 2009 : Bergen et le Flamsbana

Lorsque je me suis réveillé ce matin, les paysages étaient plutôt surprenants : nous étions en pleine montagne à 1000 mètres d'altitude. De part et d'autre de la voie ferrée, des "murs" de neige et de glace. A l'approche des agglomérations, les habitants se déplacent encore en motoneige à cette époque de l'année.

Nous descendons progressivement du col pour rallier le niveau de la mer où se trouve la seconde ville du pays et le point de départ des croisières polaires vers le Cap Nord : Bergen. Cette ville faisait jadis partie de la ligue hanséatique, une association de commerçants qui souhaitaient exercer la même influence sur le commerce du nord de l'Europe que Venise en Méditerranée.

A 7h, le train entre en gare de Bergen, une des villes les plus touristiques de la Norvège et un point de passage obligé. Dès la sortie de la gare, la vue sur les habitations colorées du mont Floyen est plutôt plaisante :

2

Un immense bassin se trouve en face de la gare. Sur ses bords se trouvent tous les musées d'art de la ville. De l'autre côté de ce petit parc s'élève un petit kiosque charmant :

3

Je m'engage alors dans la péninsule de Nordnes qui coupe la ville en deux. Sur ma droite, la vieille ville et sur ma gauche, la nouvelle ville. Cette partie de la cité est par contre beaucoup moins intéressante hormis quelques ruelles de caractère :

6 8

Je redescends alors vers la Place du marché et le quai de Bryggen. Ce dernier abrite des maisons en bois et même tout un quartier en bois inscrit au Patrimoine Mondial de l'UNESCO. Certaines de ces habitations sont penchées les unes contre les autres :

11 14 16

J'ai beau avoir approfondi un peu plus longtemps la découverte de cette cité, je n'ai rien trouvé d'autre qui mérite le détour. Je suis donc allé à l'office du tourisme pour demander des informations sur la manière de rallier le Geirangerfjörd. Cependant, il est trop tôt dans la saison et il n'est vraiment pas facile de s'y rendre pour le moment (il n'y a qu'un seul car par jour qui est déjà parti, les correspondances se multiplient et le prix est plutôt exorbitant). En étudiant le Guide Vert, je m'aperçois qu'il y a peut-être une possibilité de s'en rapprocher en repassant par Oslo pour aller prendre le train vers Andalnes. Peut-être un bus me permettra-t-il alors de rejoindre le majestueux fjord.

En attendant, je décide d'emprunter le Flamsbana, une ligne de chemin de fer touristique qui relie Myrdal à Flam passant de 866m à 0m en 46 minutes. Elle traverse des paysages somptueux et atteint au final un fjord.

A une telle altitude, Myrdal est encore enveloppée d'une pellicule de neige et la température est vraiment très fraîche :

1

On change alors de train quittant celui des grandes lignes pour un train touristique. En moins de 10 minutes, on atteint un des clous de la descente : la cascade de Kjosfossen. Le train s'arrête et tout le monde peut en descendre pour aller prendre tranquillement quelques photos. Le débit est particulièrement impressionnant et la hauteur des chutes est importante. Un nuage de vapeur d'eau vient ainsi nous arroser.

4 7

Le signal du départ retentit, nous rembarquons pour poursuivre la descente. On réalise clairement que le parcours suit le sillon d'une ancienne vallée glaciaire :

11

La neige disparaît de plus en plus, le paysage devient verdoyant, l'eau translucide sauf dans les rapides :

13 14

Le train s'enfonce dans la vallée. De temps à autre, une cascade se jette dans le vide de plusieurs centaines de mètres de hauteur :

17 18 20 36

Puis le train traverse le dernier village (Lunden) avant d'atteindre Flam :

22

On arrive aux termes du trajet, dans un petit village niché au creux de collines verdoyantes : Flam. C'est également un port qui permet d'apprécier la vue magnifique sur le fjord d'Aurland :

30 23 28

Je me promène quelques temps dans ce paysage à couper le souffle puis reprends le train en sens inverse vers Myrdal. Le même "film" se déroule une seconde fois sous mes yeux toujours aussi émerveillés. Arrivé dans la gare à 866 mètres d'altitude, je saute dans un train pour Oslo. Ce soir, je passerai la nuit dans la même auberge de jeunesse qu'il y a deux jours (Anker Hostel).