Ce matin encore je pars de l'hôtel de bonne heure sans même prendre de petit déjeuner. Je me rattraperai en route. Je parviens d'abord au château de la ville dont l'aspect est en totale rupture avec la situation géographique : je l'aurai trouvé dans la péninsule ibérique que cela m'aurait moins surpris !

1

Au pied de l'escalier se trouve une place en demi-cercle bordée de maisons dont une sur deux est identique.

Je me dirige ensuite vers le coeur de la cité. Celui-ci est situé sur une butte. Les principales artères y pénétrant passent sous des portes dont la plus jolie est celle de Grodzka du côté du château.

6

Quant à la place principale, elle est largement occupée par le Tribunal Royal qui se trouve en son centre et empêche d'en apprécier la juste dimension. Des maisons bourgeoises lui font face sur ses quatre bords. Cependant leur état est quelque peu dégradé donnant un sentiment d'abandon du patrimoine local.

10

Toutefois, si j'ai couvert tant de distance depuis Poznan, il faut avouer que ce n'était pas pour découvrir le centre de Lublin. Le principal motif de ma venue est d'essayer de me rendre à Zamosc dont les photos de mon guide sont flatteuses. En outre, je souhaite également me rendre à Majdanek pour témoigner par quelques photos de ce qui s'y est passé pendant la seconde guerre mondiale n'en déplaise aux négationnistes.

Jouxtant la périphérie, les derniers immeubles offrent une vue sur l'horreur : le camp d'extermination de Majdanek qui est aujourd'hui un Musée à la mémoire des 360 000 Martyrs ayant achevé leur vie ici. La ville ne pouvait ignorer le camp car depuis cet endroit on voit une large partie de la cité.

23

Les perspectives rendent l'évaluation difficile mais le camp est gigantesque et porte aussi loin que le regard. Il abritait 144 baraquements au maximum.

4 13

Contrairement à Auschwitz, les photos sont ici autorisées même à l'intérieur. Voici donc quelques éléments indissociables de ce lieu : les douches (qui étaient utilisées de différentes manières selon les personnes qui y entraient ...) et les dortoirs.

7 20

Dans les "chambres" ci-dessus étaient entassées jusqu'à 800 personnes.

Une autre similitude avec Auschwitz est la mise en avant du nombre de victimes par un moyen qui est bouleversant : des murs de cages remplies de chaussures, de milliers de paires de chaussures. Je ne souhaite par contre pas montrer d'images ici.

Un mausolée se dresse dans un coin du camp "renfermant" les cendres des victimes. A ses côtés, subsiste un crématorium dont l'intérieur est intact. Des bougies y brulent pour commémorer la mémoire des victimes.

25 27

J'ai à présent besoin de souffler après cette visite opprimante. Je regagne la gare à pied mais aucu train de se dirige vers Zamosc. Je repars alors vers la gare routière qui se trouve à côté du château de Lublin. Pour une bouchée de pain, je trouve un minibus qui me conduira directement sur place en une heure environ.

Zamosc est à une poignée de kilomètres de l'Ukraine. C'est une sorte de cité idéale tout droit sortie de l'imagination de Jan Zamoyski. Celui-ci ayant étudié en Italie, il reproduit dans son pays natal, une ville à l'architecture renaissance appelée la "Padoue du Nord". Si vous passez par la Pologne, je vous conseille vraiment d'y marquer une pause : elle est éblouissante et se démarque de toutes les autres cités du pays.

Une partie de ses édifices religieux sont influencés par les voisins orientaux ou reflètent une certaine fantaisie.

1 2

Les larges remparts lui donne l'aspect d'une citadelle inexpugnable.

3

Quant à sa vaste place centrale au carrelage formant un damier, délimitée par des arcades et des maisons colorées, parcourue par quelques pigeons, elle rappelle incontestablement l'Italie. Le quartier est d'ailleurs richement doté en pizzeria.

6

Les plus beaux édifices de ce Rynek sont incontestablement son Hôtel de Ville et les maisons arméniennes.

9 10 12 13 14

La nuit se rapprochant en ce milieu d'après-midi de novembre, je regagne Lublin en minibus puis Varsovie en train. Ce soir, le nombre de touristes et de personnes en week-end est incroyable : les rues en regorgent et j'ai eu un mal de chien à trouver un hôtel puisque je n'avais pas réservé.