Depuis longtemps, je désirai aller découvrir les paysages majestueux des pays d'Europe du Nord . En ce début de mois de mai 2009, me voici donc parti pour un périple de 10 jours à travers la Scandinavie (Danemark puis Norvège et enfin Suède). Point de voyage organisé d'abord parce que ceux-ci sont prohibitifs mais aussi car il n'y a pas ou peu de circuits qui permettent de parcourir de telles distances en si peu de jours. Ce jeudi 30 avril, lorsque je décolle d'Orly, je n'ai en ma possession qu'un billet d'avion aller-retour pour Copenhague sur une compagnie low-cost, une carte Interrail et une nuit d'auberge de jeunesse réservée. Pour le reste, on verra ...

Jeudi 30 avril 2009

L'avion de la Norwegian décolle d'Orly aux environs de 21 heures. A peine 2 heures plus tard, il se pose sur le tarmac de Kastrup, l'aéroport de Copenhague au Danemark. Ce soir, pas d'hôtel ni d'auberge de jeunesse. Je reste passer la nuit à l'aéroport pour être prêt à débuter mon parcours aux aurores.

Vendredi 1 mai 2009 : Visite de Copenhague et du château de Frederiksborg

5h du matin. J'embarque dans le train pour le centre de la capitale danoise. Après une dizaine de minutes de trajet, me voici fin prêt pour commencer la visite de la ville. Le jour est déjà levé (le soleil de minuit est dans moins d'un mois) et il fait vraiment très froid. Jamais dans les 10 jours qui ont suivi, je n'ai mis autant de couches de vêtement sur moi et pourtant je suis au point le plus méridional de mon parcours.

A cette heure, la ville se réveille à peine. La plupart des personnes dans les rues sont des fêtards qui sortent des boîtes de nuit passablement éméchés. Au premier abord, Copenhague est une ville plutôt austère. Ses bâtiments en briquettes rouges ne sont pas sans me rappeler Amsterdam ou la Belgique.

68

On retrouve également des influences allemandes par exemple dans la Tour Ronde. Celle-ci comporte un escalier tellement large que les cavaliers pouvaient l'emprunter sans descendre de leurs montures :

15

Mais au fil de la découverte des différents quartiers, je me rends compte que mes premières impressions étaient trop tranchées. Les styles architecturaux sont très variés, les constructions d'une grande diversité.

On retrouve d'abord des bâtiments à pignons :

12

Le centre abrite ensuite deux Châteaux et une forteresse. Le premier château est celui d'Amalienborg. Au milieu d'une immense place pavée, trône une statue équestre et, aux angles de cette place, s'élèvent quatre bâtiments chacun habités par de hauts dignitaires du Royaume. C'est également ici que l'on peut voir les gardes avec leur bonnet en poils d'ours synthétiques. L'uniforme reste tout de même moins jovial que celui des gardes anglais.

30 32

Un peu plus à l'ouest, au coeur du jardin royal, le palais de Rosenborg arbore un style tout à fait différent recourant aux briquettes rouges évoquées précédemment :

59

Enfin, au nord-est du centre, se trouve la citadelle en forme d'étoile à 5 branches. Les plus beaux éléments de cet édifice défensif sont à mes yeux la fontaine Géfion et le moulin :

45 43 55

Enfin, l'opéra tranche par ses traits modernes avec le classicisme ou l'aspect renaissance des trois édifices précédents :

39

Terminons la découverte de cette ville avec ses deux principaux centres d'intérêt : Nyhavn et La Petite Sirène d'Andersen.

Nyhavn est un petit port dans un des canaux du centre-ville. Il est bordé de nombreuses maisons aux façades multicolores et comportant toutes au rez-de-chaussée un restaurant. J'ai eu l'occasion d'arpenter trois fois dans la journée ce site. Tout d'abord au petit matin, avec le lever du soleil éclairant peu à peu les façades. A ce moment-là, il n'appartient qu'aux habitants de Copenhague et aux rares touristes sur place. Je suis repassé à midi pour chercher un repas. C'est alors une artère grouillante de vie avec une myriade de gens attablés dans les restaurants pour dévorer des sandwiches à toutes les sauces. Souhaitant éviter les sandwiches dès mon premier jour, je me suis alors rabattu sur un restaurant ... thaï. Celui-ci propose un excellent rapport qualité-prix et les rations sont vraiment copieuses. Il se trouve au croisement de Nyhavn avec la Toldbodgate (au niveau du pont qui coupe le port en deux). Enfin, je suis repassé de nuit et là encore Nyhavn est un lieu de retrouvaille pour la population comme pour les touristes.

23

Quant à la Petite Sirène, rien de tel pour s'y rendre que d'emprunter le Vélib' local. Ces vélos en libre service fonctionnent exactement comme les caddies de supermarché : en insérant une pièce dans le boitier approprié, le vélo est "libéré". Il suffit ensuite de le laisser dans l'une des cinq stations de la ville et de récupérer sa mise initiale : à tous les coups on gagne !

Le fait de voyager seul m'a là encore permis de photographier la Petite Sirène sous toutes les coutures (pour peu qu'elle en ait) pendant 10 minutes sans être importuné par le moindre touriste. Lorsque j'ai eu fini ma séance, deux bus remplis de polonais ont débarqué sur les lieux. L'horreur. Comment peuvent-ils en profiter ? Et tout le monde a-t-il  seulement pu voir et prendre en photo la célèbre statue sans avoir une demi-douzaine de personnes dans le champs ? Dans des moments comme celui-ci, je ne regrette vraiment pas mon choix d'être parti par mes propres moyens. 

48

Après être passé déposer mon lourd sac à dos à l'auberge de jeunesse Copenhague Downtown, je décide de prendre le train vers le nord en direction d'Hillerod. Cette ville recèle sans conteste l'un des plus beaux châteaux du pays : Frederiksborg. Le château est situé sur une île ou plutôt trois et est dans un cadre champêtre. Il est de style Renaissance hollandaise (les fameuses briques rouges déjà aperçues dans la capitale). Sur la rive nord, un jardin à la française s'étend sur 3 étages de terrasses.

1

En arrivant d'Hillerod, on commence par contourner le lac par un petit chemin en terre. On passe alors sur un petit pont et débouche sur une allée avec en fond une tour dont le sommet est au moins aussi haut que la base de la tour elle-même.

5

Puis on atteint la cour principale. Au premier plan, la fontaine de Neptune se détache devant la stature imposante du château et ses tourelles :

6

A partir de l'aile gauche de la photo précédente, un pont couvert se détache du corps de l'édifice principal et enjambe un des bras du lac :

10

En passant au-dessous de celle-ci apparaissent les différentes terrasses du jardin français qui étaient alors insoupçonnées. Sur le premier niveau, le plus proche du lac, de petits buissons dessinent 4 immenses blasons héraldiques. Les deux de droite sont séparés de ceux de gauche par l'eau dévalant d'une fontaine. Au second étage, des haies plus hautes et des arbustes de forme conique. Enfin, sur la terrasse la plus élevée, se trouvent la fontaine principale ainsi qu'une série de statues.

11 14 15

Après ce paisible moment dans la campagne, l'heure est venue de regagner la capitale à environ 60 minutes de là.

Je termine la description de cette journée par une caractéristique assez surprenante des auberges de jeunesse scandinaves : les sacs de couchage et les couvertures ne sont pas acceptés. Il faut donc louer des draps au prix fort.